Santé sous-traitance Nucléaire-Chimie
Association à but non lucratif

ass bull 2013

Communiqué 16 09 2013 (1)

Tract Malades des rayonnements ionisants[3]

Etude sous-traitance ASN – Rapport d’intervention Final. version diffusable

LExpress

ce que vous lisez sur cet article est inacceptable. pour autant, près de chez vous, en france, oui, en france, des salariés sont exposés sciemment aux rayonnements ionisants dans l’industrie nucléaire. le lobby du nucléaire français se gratifie d’être plus propre qu’ailleurs. pour autant, de nombreux salariés français cumulent des doses vie de plus de 500 msv. lisez l’article sur le décès de christian verronneau tué par le nucléaire et n’ayant jamais atteint cette dose vie. il est décédé avec un cumul vie moindre.

ce lobby se gratifie que les salariés du nucléaire français ne dépassent jamais la dose acceptable ( la législation qui dit qu’à cette cette dose, il n’y a pas de risque), 20 millisieverts par an. ce lobby ne vous dit pas que cette dose se cumule à celles des années précédentes et à celles des années à venir. il ne dit pas, non plus que les doses reçues le sont parfois hors législation et que pour certains liquidateurs (nous les salariés), nous pouvons prendre le quart de cette dose en quelques minutes. il ne dit pas qu’il se sert des salariés de la sous-traitance pour faire supporter plus de 80 % des doses reçues. que cette exploitation inhumaine, au travers d’un fort turn-over permet de se déresponsabiliser car aucun suivi médical post-exposition n’est appliqué en france. comme cela pas de traces… que les salariés malades du nucléaire ne sont répertoriés dans un registre, qu’aucunes entreprises de ce lobby accompagnent les malades, ne se soucient de leurs sorts…

nombreux sont malades à cause des expositions aux rayonnements ionisants, nombreux sont décédés.

la dose de 20 millisierverts par an est une dose soit disant acceptable. cette dose vous fait accepter de nous tuer, de nous sacrifier. elle nous tue à petit feu. vous accepter de mettre en nous la bête qui va nous ronger petit à petit pour enfin nous finir, dans la souffrance, dans l’ignorance. mais, ça vous ne le saviez pas.

il n’y a rien en nous qui nous rend apte ou non inapte aux travaux sous rayonnements. nous sommes faits de la même matière que vous. il y a juste un sacrifice accepté appelé « dose acceptable ».

réagissez, aidez-nous. aidez-nous à obtenir un bilan sanitaire des salariés du nucléaire français pour qu’enfin ceux-ci soient pris en charge et soigner dans la dignité.

vous pouvez écrire à ce gouvernement, aux élus locaux pour que ce bilan soit fait. enfin, vous devez faire la lumière sur votre facture d’électricité pour demander combien de sacrifiés passent dans vos fils électriques. écrivez à vos fournisseurs d’électricité  qui vous doivent plus que la lumière.

enfin, faites-nous suivre vos courriers, au : 5/6 rue henri dunant 76400 fécamp. et bien sur les réponses! nous saisirons ce gouvernement pour l’arrêt de ce sacrifice.

 

 

à entendre sur : http://www.youtube.com/watch?v=rt1oprn5cla
la demi-heure radioactive du mardi 26 février 2013

Présentation1

vous trouverez en pièce jointe le bulletin d’adhésion 2013 pour notre association ou vous pourrez soit adhérer et/ou faire un don. par avance, je vous en remercie.
le président : philippe billardAssociation bul adhésion 2011

ce bulletin sera à envoyer à : santé/sous-traitance 5-6 rue henri dunant 76400 fécamp.

vous pourrez aussi joindre l’association au tel : 06.14.79.44.66 ou sur sst.nucleaire.chimie@gmail.com

Christian VERRONNEAU, salarié de la sous-traitance du nucléaire est décédé le 10 septembre 2012 des  suites de ses cancers contractés à cause de ses expositions aux rayonnements ionisants.

l’association Santé/sous-traitance rend ici hommage à ce salarié qui n’a eu de cesse de lutter pour dénoncer les méfaits des expositions aux rayonnements ionisants et sa famille qui l’a toujours accompagné dans les moments de pure douleur.

merci à Eugénie et sa fille qui ont accompagné Christain dans sa souffrance.

l’association Santé/sous-traitance accompagnera Eugénie et sa fille dans la lutte que Christian voulait qu’elle continue après son décès pour faire reconnaitre la faute inexcusable de son employeur, la société ENDEL/GDF/SUEZ.

NOUS NE POUVONS PLUS ACCEPTER QU’UN SALARIE MEURT AU NOM DE L’EMPLOI.

à toutes celles et ceux qui vantent les mérites du nucléaire et sa capacité à faire de l’emploi (morbide), il n’est pas utile qu’ils se présentent aux obsèques de celles et ceux qui meurent à cause de ces choix inhumains.

existerait-il dans ce monde du nucléaire des sous-hommes que l’on pourrait faire mourir sans verser une larme ?

existerait-il dans ce monde du nucléaire l’autorisation du sacrifice de ces sous-hommes ?

l’association Santé/sous-traitance  continue d’accompagner d’autres salariés dans la reconnaissance de Maladie Professionnelle due  aux expositions aux rayonnements.

nous n’aurons de cesse de mettre en lumière les méfaits de cette industrie morbide et n’aurons de cesse de montrer celles et ceux qui décident de permettre de tuer au nom de l’emploi.

trop de femmes et d’hommes politiques font des choix sans connaitre la réalité de terrain et nous sommes à leur disposition pour éclairer la voie à prendre.

nous leur demandons aussi de faire un recensement des salariés passés et présents de cette industrie afin de faire un état sanitaire et les accompagner dans tous leurs besoins.

contact : philippe billard 06.14.79.44.66

Un film de François Jacquemain

Un jour les habitants et les élus des environs de la Hague, pointe ouest de la presqu’île du Cotentin, ont appris qu’on allait bâtir une usine sur le territoire de leur commune.
Quelle usine ? Une usine de chaussures disaient les uns… une usine d’électronique disaient les autres… Sans consulter ni même prévenir les habitants, on a bâti une usine de traitement des déchets, qui avec Marcoule, est la seule au monde à retraiter le combustible irradié des centrales nucléaires.
Il en vient de toute l’Europe et même du Japon…
Voir le film en entier

http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-la-sous-traitance-dans-le-nucleaire

C’est l’un des secrets les mieux gardés du monde fermé du nucléaire. Pour assurer des opérations de maintenance et réparer les fuites qui se produisent sur le parc vieillissant des centrales françaises, EDF incite les travailleurs de l’atome à entrer dans les bâtiments des réacteurs nucléaires sans toujours prendre la précaution de les arrêter, selon des documents et des témoignages recueillis par Mediapart. Ces interventions alors que le cœur de l’installation est en fonctionnement, parfois à 100% de sa puissance, font courir aux agents des risques d’exposition à un rayonnement de neutrons, particules radioactives qui peuvent entraîner d’importants dégâts sur les cellules du corps humain et provoquer des cancers. En principe exceptionnelles, ces interventions se déroulent en réalité suffisamment souvent pour que des inspecteurs de l’autorité de sûreté du nucléaire s’en alarment. Des représentants des personnels dénoncent un futur scandale de l’amiante… lire la suite.

Extrait de « le nucléaire et les choix énergétiques »

Le 22 mai 2011, à l’occasion de l’Anti-G8, un forum s’est tenu sur « Le nucléaire et les choix énergétiques ».

Un japonais, un russe et des français étaient au rendez-vous…
Kiichi Takahashi est membre d’Attac Japon. Il est originaire du Sendaï, une région proche de Fukushima.
Alexey Shashkov est physicien nucléaire. Avec une vingtaine de personnes, ils étaient en charge de l’enquête sur l’accident de Tchernobyl.
Philippe Billard, CGT, est un travailleur sous-traitant du nucléaire. Depuis 4 ans, Il est en procédure de licenciement avec son employeur, Endel. Il est aussi porte-parole de l’association « Santé Sous-Traitance Nucléaire-Chime ».
Guillaume Blavette est membre du réseau « Sortir du nucléaire ». Il va être question de MOX, Strontium 90 et autres substances licites.
Pascal Brisset est membre du collectif d’organisation de l’Anti-G8. Il est venu avec sa casquette de SUD.

Les salariés de la sous-traitance du nucléaire subissent 80 % des expositions aux rayonnements ionisants dans les centrales, un chiffre qu’EDF ne conteste d’ailleurs pas. [1] Les militants syndicaux ne sont pas les bienvenus. Fin 2006, la société Endel [2], employeur de Philippe Billard, militant CGT, engage contre lui une procédure de licenciement. L’inspection du Travail refuse le licenciement. Recours de Endel en 2007 auprès du ministère du Travail qui confirme le refus. Endel engage alors en 2009 une procédure devant le Tribunal administratif pour obtenir l’annulation de la décision de l’inspection du Travail et de la confirmation ministérielle. La société Endel est déboutée mais fait appel du jugement. Elle vient juste, début 2011, de perdre à nouveau devant la Cour administrative d’appel de Versailles. On ignore pour l’instant si elle a engagé un nouveau recours devant le Conseil d’État… Lire la suite

Sur les conditions de travail des ouvriers de la sous-traitance nucléaire
France Culture, Sur les Docks, 3 juillet 2008

Deux épisodes sur la contamination d’une centaine de salariés à Tricastin
France Inter, Là-bas si j’y suis, 29 septembre 2008 : 1 et 2

France Inter, La tête au carré, 8 avril 2011

En direct de Tokyo avec trois témoins dissidents
France Inter, Là-bas si j’y suis, 8 avril 2011

France Inter, La tête au carré, 26 avril 2011

Histoire de la lutte des bretons contre la centrale de Plogoff
France Inter, Là-bas si j’y suis, 26 avril 2011

Histoire de Dominique, sous-traitant contaminé à la centrale de Paluel
France Culture, Les Pieds sur terre, 29 avril 2011

Adaptation de « La supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse » écrit à partir de témoignages recueillis par Svetlana Alexievitch. En 5 épisodes.
France Culture, feuilleton radiophonique, 29 avril 2011

Sur le démantèlement de la centrale de Brennilis
France Inter, Là-bas si j’y suis, 29 avril 2011

Réalisateur : Catherine Pozzo di Borgo
Fiche du film

Des ouvriers du nucléaire sortent de l’ombre pour dresser un tableau inquiétant de leurs conditions de travail et de sécurité. Une enquête exemplaire.
Réalisateur : Alain de Halleux
Producteurs : ARTE FRANCE, CRESCENDO FILMS

Le fim est en lecture libre ici

1 an avant Tchernobyl…

Site Officiel : http://www.duvalmc.com/textes-des-morceaux/sortir-du-nucleaire/

LeMonde.fr, 21 mars 2011

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/03/21/nucleaire-la-catastrophe-sanitaire_1496305_3232.html#xtor=AL-32280270

Nucléaire: responsable syndical débouté – justice – France 3 Régions – France 3.

Paris, avril 2010. Les invisibles du nucleaire ont rendez-vous chez leur avocat…

L’accident nucléaire est déjà arrivé ! from Les Invisibles du nucléaire on Vimeo.


Nos centrales nucléaires ont-elles une date limite ?
envoyé par LyonCapitale. – Regardez les dernières vidéos d'actu.

Je ne ferais pas de commentaire mais certains continuent de rendre invisible les salariés de la sous-traitance.
il est temps qu’il y ai une enquête publique sur la santé des salariés de la sous-traitance du nucléaire accompagnée d’une enquête épidémiologique de ceux-ci.

Contaminé interne suite à un accident du travail, Dominique Samson nous explique
comment c’est arrivé…

Dominique Samson, soudeur from Les Invisibles du nucléaire on Vimeo.

Untitled from Les Invisibles du nucléaire on Vimeo.

Daniel travaille depuis 20 ans dans le nucléaire. Il y a quelques mois, pendant un trajet entre la centrale de St Laurent-des-eaux et son domicile, il a fait une embolie pulmonaire au volant de son véhicule…

Daniel Luengo, Monteur-Démonteur d’échafaudages (1/2) from Les Invisibles du nucléaire on Vimeo.

Philippe Billard, sous-traitant dans le nucléaire, en procédure de licenciement depuis 4 ans avec Endel, a crée cette association. Il nous explique pourquoi…

Philippe Billard from Les Invisibles du nucléaire on Vimeo.